Hélène Tsitsiridès nous a quittés dans la nuit du 1er au 2 août. Elle fut mon premier professeur d'orgue ; nous nous étions rencontrés autour du piano Steinway et de son orgue de trois claviers au début du mois d'août 1980, il y a exactement quarante ans.

Sa maison était un véritable paradis sur terre. A l'extrémité d'une petite route dans la forêt, après les Eyzies-de-Tayac (à trente kilomètres de notre domicile), on découvrait une somptueuse demeure en pierre ocre, si typique du Périgord. La musique respirait dès que l'on franchissait le seuil pour monter la retrouver au premier étage. Elle disait elle-même : "c'est la maison du Bon Dieu" !

Que de moments heureux j'ai passés ici depuis quarante ans.

Dès les premières minutes de cours, Hélène avait à cœur d'imposer un programme de technique absolument complet, en cinq points, permettant de former idéalement la main de l'élève le plus rétif. C'est à ce régime que je fus mis entre douze et quatorze ans, avant de déménager en région parisienne. Je ne l'ai jamais regretté. Et puis rapidement, les pièces de Couperin, Jehan Alain (!) et de Bach se sont succédées. Déjà à cette époque, j'avais été initié par Hélène aux notes inégales. C'est à elle que je dois d'avoir entendu mes premiers concerts d'orgue, où elle jouait les grands préludes et fugues et toccatas de Bach, mais aussi des pages de Widor ou de Vierne, qu'elle transposait sans aucun problème au ton inférieur si l'orgue ne montait pas au sol !

 

Chère Hélène, nous n'avons jamais perdu contact, ce fut toujours une joie de te retrouver, et, au bout de quelques minutes, de faire toujours de la musique ensemble. A plus de quatre-vingt-dix-ans, tu étais encore si fière d'enchaîner les Etudes de Chopin (avec quelle maîtrise), et de jouer avec moi la Fantaisie de Schubert à quatre mains (au mois d'août, il y a juste un an), ne manquant pas de me donner encore des conseils justifiés tout en faisant chanter ton magnifique Steinway.

Mon coeur est dans une très profonde peine.

Mais, chère Hélène, MERCI MERCI MERCI ! Je te dois tant !

 

Eric


Soutenez le projet d'album Chanteloup-Musique

Les verbes au présent en chansons 

par Marie-Ange Leurent !

 

Actualités 

 

Eglise de Saint-Cyprien (Dordogne), jeudi 13 août, 20 h 30 : Dvorak, Symphonie du Nouveau Monde par Marie-Ange Leurent et Eric Lebrun, orgue à quatre mains.


Prochain concert : vendredi 14 août août, 20 h 30 : "Les plus beaux Ave Maria" par Isabelle Fremau, Marie-Ange Leurent et Eric Lebrun


Vidéo du concert du 11 juillet 2020. Symphonie du Nouveau Monde :


MAIS AUSSI A NOTRE-DAME DE LORETTE 

LE 15 AOÛT PROCHAIN !

"Les plus beaux Ave Maria"...

          

 

Création de l'Oratorio Sainte-Geneviève d'Eric Lebrun (120 exécutants) :

 

- Cathédrale de Créteil, le samedi 28 novembre 2020, 20 h
- Cathédrale de Nanterre, le dimanche 29 novembre 2020, 16 h
- Eglise Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts, Paris, le samedi 12 décembre 2020, 16 h
- Eglise Notre-Dame-de-la-Salette, Paris, le dimanche 13 décembre 2020, 16 h
- Eglise Notre-Dame-de-Lorette, Paris, le dimanche 3 janvier 2021, 16 h
  Entrée libre